fbpx

Covid-19 : pourquoi les personnes en surpoids ou obésité sont-elles plus vulnérables ?

Covid-19 : pourquoi les personnes en surpoids ou obésité sont-elles plus vulnérables ?

Nous avions raison ! Après plusieurs critiques émanant de “spécialistes” refusant le lien entre surpoids, obésité et COVID-19,  le dirigeant du groupe HTC SANTE, Olivier DELABAS relance le débat sur la prévention du surpoids et les risques du développement de certaines maladies infectieuses.

En France 54 % des hommes sont en surpoids ou obèses (IMC ≥25), ils seraient selon les dernières études susceptibles de contracter davantage l’infection au SARS-CoV-2 et de présenter des formes sévères ! C’est désormais le double motif d’inquiétude des médecins qui les prennent en charge, l’obésité favorise elle-même d’autres comorbidités comme l’hypertension et le diabète, l’excès de poids entrave le bon fonctionnement du diaphragme et des poumons…

Sur le terrain, s’agissant de la gravité,  le constat devient évident : les individus en surpoids ou avec une obésité représentent une proportion très élevée, des patients atteints de Covid admis dans les services de réanimation.

Côté opérationnel : Il n’est pas rare d’avoir besoin de 2 ou 3 soignants pour devoir manipuler les malades afin de les retourner (décubitus ventral).

Pas plus tard que le Mardi 7 avril, lors du point presse quotidien sur la situation épidémique du Covid-19, le Pr Jérôme Salomon, a indiqué que “l’obésité d’une part, et même le surpoids” peuvent devenir un facteur de risque d’infection sévère au coronavirus. “Il y a très souvent un facteur de risque retrouvé dans les infections virales graves. Il a été démontré dans la grippe en particulier un lien entre le surpoids et la survenue d’une forme sévère”, a-t-il précisé. “Nous sommes très attentifs à ce que les personnes en surpoids important signalent rapidement une détérioration de leur état clinique et en particulier l’apparition de difficultés respiratoires”.

A Paris : 70% des patients sont en surpoids

“Toutes les réanimations françaises constatent cela depuis plusieurs semaines. On a une proportion très importante de patients en surpoids”, explique Matthieu Schmidt, médecin réanimateur à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), en direct du 20 Heures. “Plus de 70% actuellement”

“C’est difficile de donner un chiffre exact mais on est à plus de 70% actuellement”, précise le docteur. Mais le poids n’est pas le seul facteur aggravant. “Les facteurs qui sont actuellement décrits et qui sont bien identifiés, c’est d’une part le sexe masculin. On a environ trois quarts de nos patients qui sont des hommes. On a des patients qui souffrent d’hypertensions “, poursuit le médecin parisien. L’hypertension ou le diabète découlant souvent du surpoids et de l’obésité.

Le chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris, Yazdan Yazdanpanah, assurait il y a quelques jours au Figaro que “plus de 80% des moins de 50 ans qui se trouvent en réanimation chez nous à cause du Covid-19 sont obèses”.

A Nice : 95 % sont en surpoids ou obèses

Au centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice, l’IMC moyen des patients Covid actuellement en réanimation est de 29 kg/m2, la corpulence normale se situant entre 18,5 et 25 kg/m2. « Parmi nos 40 patients, 95 % sont en surpoids ou obèses, avec souvent une hypertension artérielle et un diabète associés », souligne l’anesthésiste réanimateur Hervé Quintard. Au CHU de Montpellier, 45 % à 50 % des malades Covid hospitalisés en réanimation lors des premières semaines de l’épidémie avaient une obésité cotée sévère (IMC supérieur à 35 kg/m2), voire morbide (IMC supérieur à 40 kg/m2), estime aussi le professeur Xavier Capdevila, responsable du département anesthésie réanimation du site Lapeyronie.

Au Royaume-Uni : 72 % des personnes placées en soins intensifs sont en surpoids

Même constat dans plusieurs établissements de la capitale : 72 % des personnes placées en soins intensifs sont en surpoids (avec un indice de masse corporelle IMC supérieur à 25) ou obèses, selon un rapport de l’Intensive Care National Audit and Research Centre de Londres. Une étude de l’Intensive Care National Audit and Resource Centre de Londres montre que 72 % des malades du coronavirus placés en soins intensifs sont obèses ou en surpoids.

Aux Etats-Unis : c’est l’hécatombe !

L’obésité, considérée comme l’un des facteurs aggravants du coronavirus, va-t-elle être responsable d’une hécatombe aux États-Unis ? C’est ce que redoutent de plus en plus de chercheurs outre-Atlantique. À la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, où la proportion de personnes obèses atteint un niveau particulièrement élevé par rapport à la moyenne nationale, le taux de mortalité lié au virus est deux fois plus élevé qu’à New York et quatre fois plus qu’à Seattle.

C’est l’une L’une des causes principales de complications chez les moins de 50 ans

Reste que l’obésité et le surpoids, qui touchent selon les études épidémiologiques 68 % des Américains adultes, sont placés en bonne position dans la liste des sources de complications du Covid-19. Plusieurs études récentes vont dans ce sens, tout comme les observations du personnel soignant sur le terrain.

 

COMMENT EXPLIQUER QUE LES PERSONNES EN SURPOIDS (OU OBÈSES) SONT PLUS SENSIBLES AU CORONAVIRUS ? (fera l’objet d’un article scientifique)

Les scientifiques mettent en lumière deux mécanismes :

  • primo, les personnes en situation de surpoids ou d’obésité souffrent souvent de maladies associées – et, en particulier, de pathologies cardiovasculaires et diabète. Celles-ci constituent des comorbidités pour la maladie, et contribuent au développement de symptômes sévères du coronavirus.
  • Deuzio, comme l’explique le Centre de l’Obésité et du Surpoids Grenoble-Sud, un surpoids (ou une obésité) s’accompagne généralement d’une mauvaise respiration – essoufflement à l’effort, diminution des capacités respiratoires, asthme, apnée du sommeil… ce qui favorise le développement d’une détresse respiratoire en cas d’infection par le coronavirus. On ajoutera que, selon certaines études, l’obésité rendrait plus sensible aux infections virales et bactériennes en atteignant directement le système immunitaire : une porte ouverte au coronavirus Covid-19…

On l’a donc compris : les personnes avec un IMC supérieur à 25 doivent être particulièrement vigilantes face à l’épidémie de Covid-19.

Attention : les experts soulignent que même les individus jeunes (comprendre : âgés de moins de 50 ans) peuvent développer des symptômes graves en cas d’obésité ou de surpoids. Les gestes-barrières sont plus que jamais d’actualité.

 

Olivier DELABAS – Dirigeant du groupe HTC SANTE