Huile de coco, une mauvaise alternative à l’huile de palme

Huile de coco, une mauvaise alternative à l’huile de palme

L’huile de coco connaît un véritable essor. En plus d’être vantée pour ses propriétés nutritionnelles et cosmétiques, cette huile exotique est également proposée comme une alternative à l’huile de palme.

 

Alors que de plus en plus d’entreprises abandonnent d’huile de palme pour l’huile de coco, les problèmes qui s’ensuivent ressemblent de très près à ceux causés par l’industrie de l’huile de palme : accaparement des terres, déboisements au profit de nouvelles plantations et destruction de la biodiversité.

La bonne nouvelle : nous n’avons pas besoin d’huiles végétales venues des tropiques. Il pousse suffisamment de plantes oléagineuses endémiques en Europe comme l’olive, le colza et le tournesol. Acheter des aliments locaux permet non seulement d’éviter des méthodes de culture douteuses mais aussi des milliers de kilomètres de transport à travers le monde.

Des millions de tonnes de denrées alimentaires de base peuvent et devraient être cultivées chez nous et non pas sur d’autres continents aux coûts de production plus bas. Les forêts tropicales y sont déboisées, les habitants expulsés et exploités comme travailleurs journaliers.

Conseil :

Utilisez des huiles végétales européennes (de préférence pressées à froid) comme l’huile de carthame, de germe de maïs, d’olive, de colza, de tournesol etc. Dans la mesure du possible, cuisinez vous-même des ingrédients connus, frais et régionaux. Évitez tous les produits industriels transformés aux ingrédients bon marché et de qualité inférieure vendus dans les supermarchés. 

 


Source :

sauvonslaforet.org